La maladie cœliaque : un désordre génétique fréquent en Amérique du Nord

La maladie cœliaque (MC) est une affection permanente et systémique qui fait partie des maladies auto-immunes complexes, polygéniques et multifactorielles.  Elle est déclenchée par l’ingestion de gluten contenu dans plusieurs céréales telles que le seigle, l’avoine contaminée par le gluten, le blé, l’orge et le triticale, entraînant une destruction d’origine inflammatoire, à divers degrés, du petit intestin. Les lésions de l’intestin grêle occasionnent une perte de surface absorbante, une réduction des enzymes digestives, et une diminution conséquente de l'absorption des vitamines et minéraux. Les zones de l’intestin grêle ne sont pas touchées de façon équivalente d’une personne cœliaque à l’autre et les lésions sont souvent éparses. La malabsorption et les carences nutritionnelles qui en découlent sont donc très variables puisqu’elles dépendent des zones touchées.

Une maladie auto-immune qui se développe à tout âge 

Il est maintenant reconnu que la MC peut affecter des adultes de tous âges, et plusieurs cas sont même diagnostiqués chez les 65 ans et plus.

Le poids corporel au diagnostic : de la maigreur à l’obésité 

Un poids insuffisant et/ou une perte de poids reliée à la malabsorption ne sont pas d’emblée observés chez les patients atteints de la MC, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Plusieurs études démontrent désormais des prévalences variables de surpoids et d’obésité au moment du diagnostic, même chez les enfants.
 
Les mécanismes expliquant cette réalité n’ont pas été élucidés jusqu’à ce jour, mais on pense à un possible processus d’adaptation, voire de compensation de l’organisme. L’hypothèse selon laquelle cette observation découle de l’augmentation de la prévalence du surpoids et de l’obésité dans la population générale est également émise.

MC et autres maladies auto-immunes

D’autres maladies auto-immunes peuvent être associées à la MC, ce qui peut être expliqué par la présence d’une prédisposition génétique commune. Le diabète de type I et les maladies auto-immunes de la thyroïde (Hashimoto, maladie de Graves) sont parmi les plus fréquentes.

Histoire familiale de la MC

Le risque d’être atteint de la MC est augmenté pour la famille de la personne atteinte de la MC.   Consulter la section « Suivi » pour en savoir plus sur les indications de dépistage de la MC dans la famille d’une personne atteinte de la MC.