L'autodiagnostic

Qui n’a pas déjà scruté le Web ou questionné son entourage au sujet de ses symptômes pour lesquels il aimerait bien trouver une explication ? En résultent parfois ( trop souvent ! ) les premières étapes menant à l’autodiagnostic.

Cette pratique est naturelle : dès l’apparition de symptômes, on veut leur donner un sens pour orienter nos actions et se sentir mieux. Le problème est que la majorité des autodiagnostics sont faux ! En outre, ils ont le potentiel d’entraîner des effets néfastes majeurs sur la santé, comme retarder le dépistage d’une autre condition médicale, ou une mauvaise prise en charge des symptômes. Malgré tout, la préférence pour l’autodiagnostic persiste, voire augmente. Étonnant? En fait, pas vraiment!

Et vous, quels sont vos trucs pour vous aider à tolérer les émotions ?

Par Marilou Chamberland, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières.
Paru dans le magazine Info Coeliaque, Printemps-Été 2019, Vol 36 N°1

 

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.